Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 mai 2015 5 22 /05 /mai /2015 06:20

"Par ou commencer ?"    A l'origine mon article débutait ainsi.....jusqu'à hier soir.

Ce fût un grand week end, rempli de belles choses, essentiellement de joie, de satisfaction, de plaisir.

Mais voilà, souvent la vie nous donne et nous reprend.

92 ans ! Tu as bien vécu mon papi Mario. Tu en as vu des choses, pas toujours gaies, mais à vous deux avec Margo vous nous avez donné tout ce que l'on est aujourd'hui. Hier soir, j'ai juste eu le temps de te prendre la main et de te donner un dernier baiser sur le front... cela restera à jamais gravé dans ma mémoire. Que c'est dur de passer d'une émotion à l'autre, complètement extrême. Cette nuit, je n'ai pas envie de dormir, je te dois d'écrire ces lignes.  Tu nous manques déjà.

Il y a deux jours à peine, tu étais à nouveau en bonne forme. Je ne savais pas si tu allais pouvoir fêter les 3 ans de ton arrière petit fils Livio dans une semaine... mais au moins j'avais espoir que tu le vois encore une fois....

Cette course est pour toi mon Mario. C'est peu de choses, mais je n'ai pas grand chose. Ceci est une bonne partie de ma vie maintenant et aujourd'hui c'est pour toi.

Oh ne t'en fais pas, je sais que tu me vois ... inconsolable ... le temps fera le reste comme on dit... mais on dit aussi un seul être vous manque et tout est dépeuplé.

Ciao ! mon Mario.

 

France de 100km: la course et les extras !

 

 

Par ou commencer ?

 

Pour revenir sur mes jours précédents la course tout d'abord.

 

Le jeudi tout s'est déroulé à peu près comme j'avais prévu. J'ai fait mes 15minutes de footing et un peu plus de 3km sous un vent terrible : 60km/h. Euh j'espere que cela ne va pas être cela samedi. D'après la météo, absolument pas. J'ai aujourd'hui les jambes lourdes: normal avec le trajet de 5h en voiture et normal aussi dans mon planning. En fait cela me rassure. Je devrais avoir les jambes assez légères demain matin et encore mieux samedi... enfin j'espère.

Nous retrouvons ensuite nos enfants et mes parents arrivés plus tardivement en camping car. Après un repas en commun, il est déja l'heure d'aller se coucher. J'arrive à m'endormir rapidement vers 20h30-21h. Faut dire que la literie s'y pretait. Je conseille vivement la chambre d'hote "l'atelier de Nimi" à la Rabatelière. Accueil et services au top !!

 

France de 100km: la course et les extras !

Vendredi matin. Je me reveille à 5h. Je reste au lit finalement et je me regarde un film sur mon lecteur dvd portable afin de ne pas déranger ma compagne. Le film en question "Lucy". Sans le savoir, je vais choisir le bon film. Il me servira pendant la course!!

 

Je pars courir un peu avant 7h. 20 minutes et 4 lignes droites. Tout va bien, tout est au vert. Mais je me pose toujours la question de savoir si j'en ai fait assez. Est ce que je me sens bien car je suis juste reposé ou trop reposé ? Je ne pense de toute facon plus qu'a mon chrono. J'oublie l'enjeu des France et de la sélection. Je sais aussi que si je réussis ce que je veux faire, personne ne viendra m'accrocher. Ce n'est pas péjoratif envers les autres, houla non je ne sous-estime pas les autres coureurs mais dans les chronos escomptés, je sais que pour l'instant, les engagés n'y seront sûrement pas. C'est juste un constat. Faut il encore que j'y sois moi.

 

En parlant chrono, voici donc ma stratégie de course.

Je compte partir sur les bases de 15km/h soit 6h40' à quelque chose près. Je veux être au 80eme soit sur les bases de 15km/h, 4'/kilo donc 5h20', soit sur les bases de 3'58/km soit 3h17'20. A partir du 80, j'envisage plusieurs solutions. 

Je ne suis pas super bien et j'essaie de maintenir pour viser le 6h40'.

Je suis bien et je lache tout sur 20km. Je sais que là il faudra être costaud. Très très costaud !! Objectif : aller chercher la perf International A c'est à dire juste en dessous de 6h35'.

Mes calculs sont les suivants:

80km a 15.06 km/h  (3'59)  +  20km a 15.79km/h (3'48)
5h18'40              +   1h16'00       =  6h34'40

80km a 15.13km/h (3'58)  +  20km a 15.52km/h (3'52)
5h17'20              +   1h17'20       =  6h34'40

 

Ne me prenez pas pour un fou, s'il vous plait. D'autres l'ont déja fait et avec tout l'investissement que j'y met, mes quelques références précédentes et mes sensations à l'entrainement, je sens que ce n'est pas quelque chose d'inatteignable. Peut etre pas demain mais ...

 

Je sais je met la barre haute mais on m'a dit que le parcours est propice au chrono et puis il faut se donner des objectifs comme celui-ci pour avancer.

 

Donc après mon footing matinal et un petit déjeuner de chambre d'hôte, enfin pas pour moi: autant dire que je salivais un peu. Bon je me rattrapperais dimanche matin. Nous partons rejoindre la famille à Chavagnes. En milieu de matinée, je prends mon vélo et je vais me faire la boucle de 16.5km (à parcourir 6 fois le jour de la course) du parcours. Là je suis assez rapidement surpris car la route est certes plate en moyenne mais c'est quand même plein de faux plats montant/descendant. Et certains vont faire mal au fil des kilomètres. Ce n'est pas tout à fait le plat que je m'imaginais. Je ne critique pas c'est un parcours très roulant mais mes prétentions risquent de ne pas être les mêmes. il faut se rendre à l'évidence. Puis il y a le passage dans les bois. Très agréable, cela change de la route, mais qu'est ce que cela va donner de nuit sur le premier tour ? Je trouve le parcours très agréable en général. On traverse des champs, les routes sont paisibles. Bon à certains endroits, il ne faudra pas trop de vent car on sera vraiment à découvert. Mais la météo me rassure. Mon inquiètude est finalement portée sur ce premier tour dans la nuit. Allez j'essai de ne pas y penser. Le repérage se faisant à petite vitesse, cela me servira pour la course car je vais me souvenir de pas mal de choses. Ainsi même dans la nuit, je vais pouvoir anticiper.

 

 

France de 100km: la course et les extras !

L'après midi, vers 15h, nous nous rendons au complexe sportif. J'amène mes ravitos perso et je récupère mon dossard, ainsi qu'une brioche (excellente!!) et un tee shirt et oui, aussi l'affiche de l'édition. Je discuterais avec pas mal de personnes que je commence à connaître. On retrouve des habitués sur 100. Je suis surpris de voir Mika Boch inscrit. Il vient de faire Belvès il y a à peine 3 semaines. Bon ben on sera plus nombreux devant. Une petite interview d'avant course et nous voilà parti. C'est que je veux manger à 18h30 max. C'est dur je n'ai pas trop faim. Entre temps mon frère et ses filles arrivent de Toulouse. On se met à table avec ma coimpagne et finalement tout le monde s'y met :) On partira rapidement tout de même. Je voulais me coucher à 19h, il est 20h. A cette heure là, malheureusement les gens ne sont pas couchés, normal. Je mettrais un petit moment à m'endormir mais au moins je suis en mode repos. Après je dormirais profondément car ma compagne me dira le lemdemain matin que j'avais reçu des sms peu après notre coucher et je n'ai rien entendu alors que mon teléphone était à 40cm de mon oreille.

France de 100km: la course et les extras !

Samedi. Il est 2h. C'est tôt ! Je me lève doucement, je prends mes affaires pour déjeuner et je vais m'installer dans la salle à manger de la chambre d'hôte. Au menu: gateau énergétique, yaourt soja chocolat, banane, thé, jus d'orange. Que du costaud. Je repars me coucher. Comme d'habitude je ne vais pas me rendormir mais je ne penserais pas trop à ma course et somnolerais. Nous nous lèverons vers 3h30. Je me prépare méthodiquement mais c'est un rituel maintenant. Et c'est très bien car je ne veux rien improviser sur un 100km. Nous arrivons ensuite à Chavagnes sur le lieu de la course vers 4h10. Mon frère et mon père arrivent en vélo. Je pars m'échauffer vers 4h35. Entre plusieurs choses, je ne m'échaufferais que 10 minutes (je comptais plutôt 15 mais cela suffira). On teste une chose avec ma compagne. Comme le départ est très tôt, juste 5 minutes avant le départ, elle me masse succinctement les jambes avec mon huile arnica-gaulthérie. Puis vient le moment du départ. Je ne regarde plus rien, ni personne. Je vise droit devant. L'objectif est en tête.

France de 100km: la course et les extras !
France de 100km: la course et les extras !
France de 100km: la course et les extras !

Pan! Je suis surpris par le départ et je pense que je déclenche ma montre 2 ou 3 secondes après. Bref peu importe. Je pense que je me place rapidement aux avant postes mais cela se fait naturellement. Mis à part, un gars (Karim) qui partira sur des allures proches de 16km/h je pense. A côté de moi, je trouve Jérémy Pignard dont je fais la connaissance. Il y a aussi Ludovic Dubreucq que je connais et Patrice Bruel que je connais aussi puisque de ma région. On commence à discuter un peu avec Jérémy. Bon à un moment je lui dis que j'arrête de parler pour garder toutes mes forces et que l'on parlera après la course. Et oui sur la première partie de course il est facile de discuter à ces allures-là mais c'est autant d'énergie et de concentration laissées sur le bitume et qui risquent de manquer plus tard. Finalement je n'ai pas eu l'occaz de discuter avec lui en fin de journée, mais on aura le temps lors du stage en Equipe de France.

 

Avec Jérémy on est côte à côte. Je remarque rapidement que nos frontales n'éclairent pas de la même façon. C'est tant mieux car les halos de lumières se complètent et la vision est nickel. Derrière nous Ludovic, sans frontale, profite du voyage :) Le passage dans les bois, redouté, est finalement très bien percu et agréable. Je découvre petit à petit les "pièges" du parcours et les points clés qui me serviront pour la suite. Pour l'instant notre groupe de 3 (Patrice Bruel ayant ralenti vers le 10eme je crois) avance à allure régulière. Mais voilà, pour ma part, une petite chose ne va plus. J'ai besoin de m'arrêter pour vidange. Je vais tenir un moment en espérant que cela passe car je veux rester avec mes compagnons d'aventure et ne pas me retrouver seul. Malheureusement, impossible, je passe le 15eme kilo et je m'arrête là car je sais qu'après cela redescend un peu: plus simple pour repartir. Je perds facilement 20 à 30 secondes. Je repars et essaie de revenir au train. Mais je ne reviens pas beaucoup. Tant pis je prends la décision de faire l'effort. Je me fais un kilo en 3'36. Aie !! j'espere que je ne vais pas le payer. Juste avant la ligne d'arrivée, fin du premier tour donc, je recolle. Cool.

France de 100km: la course et les extras !

Les vélos se mettent en route à ce moment là. Mais... mais... mes efforts pour recoller auront été inutiles. Les suiveurs étant là, cela donne des ailes à mes compagnons et tour à tour, Jérémy puis un moment après Ludovic accélèrent. Que font ils ? On en est à tout juste 17-18km de course. Et on est déja un peu plus rapide que 15km/h. Allez-y, mais moi non. Mais je vous avertis on va se revoir. Je ne suis pas sûr à 100% mais sur des bases de moins de 6h40, je crains pour eux d'avoir raison.

 

Entre temps et j'ai oublié d'en parler, j'ai laissé ma frontale à mon frère. Je l'avais éteint avant la fin du premier tour. Mon frère est donc là avec moi comme prévu. Et plus que cela. En fait je vais faire une entorse à mon propre plan de marche. Avec ma prépa "light" et une vision complète du circuit (passage au milieu de la campagne), je ne suis pas en confiance. Du coup je demande à mon frère de m'accompagner jusqu'au bout.

 

Nous voilà donc partis comme en 2013.  Je déroule vraiment sur mon 15km/h. Je prends ma boisson Effort Ergysport à tous les ravitaillements. Pourtant à 6h30 environ (heure de mon petit dèj classique pour aller travailler), j'ai carrément faim!  Ah non pas ca ! Bon j'avais pris du gel sur moi au cas ou. Je contre avec cela, n'ayant pas accès à mon ravaitaillement perso hors zones. Ca va, ca passe. Je passe la ligne une 2eme fois. Environ 34km. Tout va bien. Je suis 4eme de la course mais qu'importe. Allez on part vers le 50. Le temps est agréable. Le ciel s'est couvert et un léger vent pointe mais rien d'alarmant. Je gère, c'est facile. Je repense à ce film d'hier matin, vous savez "Lucy". Je repense au contrôle de son propre cerveau. Je me dis que quand ca va être dur, il va falloir se focaliser là dessus et prendre le contrôle de ses sensations. Maitriser sa connectique pour continuer à avancer. Dans ma stratégie, je dois tout d'abord arriver au 80eme avant de voir. Là ce n'est pas un problème.

 

Nous arrivons vers le 39eme kilomètre. Entre temps je n'avais pas vu mais Karim qui était devant s'etait arrété pour une pause pipi.  Je vais être obligé moi aussi de m'arrêter une 2eme fois vers le 39eme donc. Karim me repasse. Je reviens rapidement sur lui et il m'emboite le pas. Les deux compères devant sont déjà assez loin (1'30 environ). Karim ne tiendra pas longtemps. Au détour d'une côte, il perd 5m puis 10 et c'est l'avalanche. Bref, je suis à nouveau seul et en 3eme position. Je passe le 3eme tour sans encombres.

France de 100km: la course et les extras !

Passage au 50 en environ 3h19'22 si je me rappelle bien. J'étais sur les bases de 3h18' sans mes arrêts pipis. Ce n'est pas grave. Devant ils sont à environ 2'. Un peu plus loin je vois même Ludovic faire un bon effort dans un faux plat montant et rattraper Jérémy. Ah bon!

 

Je continue, je me sens bien. Les deux prochains tours vont être un régal au niveau sensations. Passé le bois, en ressortant sur la route, je vois la voiture ouvreuse. Elle est moins loin me semble t il ! Jérémy est en train de craquer. Je vais prendre la 2eme position dans ce tour là mais je ne me rappelle plus vers quel kilomètre. C'est sûr c'est  avant le 60eme : je crois vers le 56. Et puis je vois de plus en plus la voiture se rapprocher. En pleine confiance maintenant, je dis à mon frère que je vais rattraper Ludovic au 70eme. Je vais pourtant prendre un autre gel car c'est maintenant l'heure de ma collation quand je suis au travail en m'entrainant entre midi et 14h. J'ai donc encore la sensation de faim. Ca passe.

 

On passe la ligne annoncant le 67eme kilo. Ludovic est à 30secondes devant et Jérémy est à 30 secondes derrière.

 

Mais l'histoire va se régler là. Ludovic a lui aussi un bon coup de mou. Je le passe et prends la tête de la course au 68eme environ. Et malheureusement pour eux, je suis hyper bien. Je dis à mon frère qu'il me faut gérer un tour et après on voit. Je ne m'affole pas pour autant et je reste sur ma ligne de conduite. Au 70eme je crois que j'ai 30 ou 40secondes d'avance sur du 6h40. Dans le passage dans les bois j'ai à nouveau envie de vidanger. Tant pis j'essaie ! J'écarte mon short et je me détends en soufflant. Et oui c'est formidable. J'y arrive !! Je m'en met partout certes mais je ne perds quasiment pas de temps (kilo en 4'08). Cool je ne savais pas que je pouvais le faire. Franchement pisser en courant à presque 15km/h, je devrais avoir la médaille juste pour ca ! J'en ris encore !

 

Et puis j'ai tout de même des signes de fatigue avant le 80. La lassitude arrive. Je pense à "Lucy" encore. Vous voyez que ca allait me servir. Je passe le 80 toujours dans les temps mais moins bien. Pour autant je ne suis pas à l'agonie. Le dernier tour arrive. Je passe la ligne. Je fais signe à ma famille que ca va le faire. Au pointage Mickael Boch est passé second alors que je n'avais pas de nouvelles depuis le début. Il est à 4'30. Suivi de Ludovic à 7'. Jérémy quand à lui est à 14'. Je ne m'en fais pas pour ma place de premier. Je vais tenir. Mais je veux aller chercher mon chrono. Sur ce début de dernier tour je souffle plusieurs fois des grands coups car ca tire maintenant. Mon frère me dit les chronos derrière. Malheureusement je comprends de travers pour Mickael Boch et je comprends qu'il est à 1'30 et non 4'30. Je suis surpris alors j'accélère dans le doute. Je passe le 85eme avec 10secondes de retard sur 6h40. Je maintiens la cadence jusqu'au 89eme. J'ai depuis compris que Mickael  Boch est bien plus loin. Avant le 90eme au passage dans les bois, je commence à en "chier" sérieusement. Je perds rapidement 10-15secondes par kilos. Je passe au 90eme en 6h00'50" donc 50secondes de retard. Ce n'est rien. C'est rattrapable. Je me reprends sur certains en faisant des 4'06-4'07/km mais les autres s'accumulent en 4'11-4'15. Je ne rattraperais rien c'est sûr. C'est le gros coup de pompe. Je suis dans le dur. Je n'ai plus d'énergie. "Lucy " et les autres n'y feront plus rien. Il me tarde maintenant le ravitaillemnt des "kékés du bocage" synonyme de 96eme kilomètre. Il me faut du jus ! Je commence à avoir la tête qui bourdonne. Aie c'est une hypoglycémie qui débute. Me..e !! Il ne faut pas que je craque maintenant. C'est un coup à tomber à 2 kilomètres de la fin et ne pas se relever. Tant pis je me dis au diable le chrono, il faut que j'assure pour franchir la ligne. Je passe enfin ce ravito tant espéré. Le panneau 97 est là sur un chemin au milieu des champs. Bizarrement, l'envie de vidanger m'a repris. Je ne vais pas m'arrêter encore une fois. Maintenant que j'ai trouvé la technique, je refais de même. Je vois qu'un accompagnateur vélo me voit faire. Et oui je suis entouré de coureurs et d'accompagnateurs. Pas grave je ne suis plus à ca près. 

 

Je veux relancer après cet intermède mais ce n'est qu'illusion. Je ne regarde plus ma montre. Je suis dans un faux plat montant. Puis avant le panneau 98 cela monte davantage. Je verrais après coup que je vais faire ce kilo en 4'35. (Euh rien à voir tout de même avec mes kilos en 6' aux mondiaux de Doha). Je ne monte plus. D'ailleurs je ne descends plus non plus, les ischios aussi tirent. Je passe mon copain de club Vincent Rivoire. Il m'encourage, je ne peux pas lui répondre. J'essaie de consommer le moins d'énergie possible. On traverse un chemin tout droit qui me parait long. J'ai encore ma tête qui me rappelle que j'ai cramé la réserve et que je suis en train d'avancer sans essence donc sur l'autocombustion de mes propres cellules. Un virage à droite, je rentre sur la petite partie en terre longeant un stade. Voilà, je visualise le panneau du 99. Allez j'y suis. 1 kilomètre ! J'ai mon titre dans la musette. Je reprends espoir sur mon chrono. Je double Laurence Klein. On s'encourage. Cela me fait du bien. Je n'en peux plus mais je relance tout ce que je peux. 300m. Puis le panneau 200m avant le dernier virage à droite pour rentrer sur le stabilisé. Petit coup de rein car montée sur 2m. Le sable est sous mes pieds. Allez je peux être dans les 6h43. Le dernier kilo je le ferais environ en 4'15. Z'avez vu j'ai relancé !! si si par rapport à 4'35 :):) Ca y est je suis à 50m, le chrono tourne. Il me faut rester en 6h43.

France de 100km: la course et les extras !

Mais à 20m, une personne se dresse devant moi pour... me mettre la couronne de Laurier du vainqueur autour du cou. Je le repousse vite fait et il comprend je pense. Je veux rester sur du 6h43' !!!  Je ne lâche rien ...Tac !!! Je stoppe mon chrono. 6h43'45 !!!

France de 100km: la course et les extras !
France de 100km: la course et les extras !

 

Outch!! Que c'est dur ! Après c'est le flou dans ma tête. Je sais que je fais une "Mekhissi" mais après la ligne pour ma part. J'enlève mon maillot. Je mets mes mains sur mes genoux. Je reprends mon souffle. Et je hurle de joie !!! Je suis heureux!!! Le titre, le déroulement de la course, le chrono un peu moins mais je réaliserais plus tard et j'en serais très très satisfait, la sélection pour les prochains Monde/Europe. Et puis mon manque de confiance depuis une semaine s'efface subitement. C'est la validation d'une préparation qui a débutée avant les mondiaux. Cette course est le point d'orgue d'une préparation commencée depuis Juillet dernier. J'efface ainsi ma désillusion de Doha. Et puis je suis heureux car ma famille est là. On veut m'interviewer direct mais je leur demande juste 2 minutes. Je tombe dans les bras de ma compagne. On reste accolé un bon moment. On est tous les 2 émus. Je sais ce que je lui dois.

France de 100km: la course et les extras !

Puis j'embrasse mes enfants, mes nièces, mon père et ma mère. Je ne verrais mon frère que plus tard (les vélos étant détournés avant la ligne). Enfin je peux répondre aux questions et monter (avec l'aide du speaker) sur le podium fictif.

France de 100km: la course et les extras !
France de 100km: la course et les extras !

Je m'habille car tout retombe. Le froid s'installe sur moi. Là je suis en face d'un public de connaisseurs. C'est l'ovation. J'en profite. C'est rare d'avoir cela, surtout sur notre distance. Merci à vous tous qui étaient là à ce moment là. Vous savez ce que cela représente et vous nous l'avez bien rendu. J'assiste à l'arrivée de Ludovic en 2eme position qui a finalement repasser Mika. Ce dernier arrive juste après. Puis c'est au tour de Jérémy et de Fabien. Je tiens à les féliciter car:

- Ludovic en 6h57'59 explose son record de 15'

- Mika réalise 6h59'23 en ayant fait 7h07' à Belves il y a 3 semaines à peine

- Jérémy d'avoir su combattre après son coup dur et finir en 7h02'02. Son premier et seul 100km il l'avait fait ici même en 8h33.

- Fabien en 7h07'49, pour son premier 100 entre dans la cour des grands et sera probablement de l'aventure pour Winschoten avec l'équipe de France.

France de 100km: la course et les extras !
France de 100km: la course et les extras !
France de 100km: la course et les extras !
France de 100km: la course et les extras !
France de 100km: la course et les extras !

Et bien sûr je félicite tous les participants car seul un cent bornard c'est ce que cela représente que de faire cette distance. Le terminer est déjà une énorme chose. Bravo à tous. Merci à vous aussi pour les félicitations d'après course. C'est ca aussi le 100 bornes.

Il s'en suivra à 18h la remise officielle des prix. Mon deuxième podium national !!

France de 100km: la course et les extras !

Après une courte nuit (réveillé à 6h, je suis encore décalé au niveau horaire), nous passerons "à table" avec ma compagne. Je profites enfin du super petit déj de la chambre d'hôte. Pleins de produits faits maison, un régal. Je vais déjeuner à coté de Denis Morel, champion de France 2014, c'est pas beau ! Les hébergeants en sont très ravis.

 

Puis rapidement ce sera l'heure du retour. Nous arriverons avec ma compagne et mes enfants à environ 17h chez nous. Le temps de débaler les affaires, préparer à manger, manger et aller se coucher car demain 6h45 le reveil va sonner pour aller au travail.

 

Avant le travail j'avais prévu un rdv avec mon médecin pour un bilan d'après course. Résultat: mon médecin me dit que tout est parfait. Le dos, ce pour quoi j'étais allé le voir en 2014, est nickel : d'ailleurs aucunes douleurs lors de la course. Chevilles, genoux, hanches etc ...parfait.

 

C'est beau quand cela se passe ainsi. Mais c'est aussi le résultat de mon énorme travail depuis mi 2014. Je repars tout de même avec des conseils et des axes d'améliorations.

 

Pour faire un petit bilan sur mon chrono du jour. Que représente t il ?

Tout d'abord c'est mon record perso. J'ai commencé en 2013 en 6h53' à Belvès puis 6h47' à Amiens, 7h23' à Doha et maintenant 6h43'.

C'est aussi le record Midi Pyrénées puisque je le détenais.

Je viens ainsi me positionner 1er au bilan francais sur la distance pour l'année 2015 : bon l'année n'est pas finie.

C'est une performance de niveau International B (sous les 6h53') selon la FFA, le plus haut niveau est juste au dessus International A (6h35').

Enfin, je me suis amusé à reprendre les classements lors des mondiaux depuis 2005 : 9 ans car en 2013 il n'y en a pas eu. Bien sûr il faudrait tenir compte du parcours, de la météo etc ...Mais voici ou ce chrono me situerait.

2005: 4eme

2006: 4eme

2007(Winschoten): 5eme

2008: 3eme

2009: 4eme

2010: 2eme (à 1 seconde du 1er)

2011(Winschoten)3eme

2012: 4eme

2014: 5eme

 

Place au repos, avant de repartir très vite car les Monde/Europe c'est dans 16 semaines !

 

Avant de finir je voulais remercier ma famille pour tout leur soutien. Mon entraineur Ali belkacem, mes partenaires Ergysport, Tensport et SII. Mon club Blagnac ainsi que tout ces membres. L'organisation de ce 100km. Et vous tous qui m'avez encouragé, suivi, félicité. La passion et la performance ont leurs limites sans tout cela.

Partager cet article

Repost 0
Published by jeromebellanca - dans Blog
commenter cet article

commentaires

Sarah 17/09/2015 10:01

Wouahhh!! Quelle performance!! Je ne connais pas beaucoup de monde qui a atteint les fameux 10 H. T'es fort!! Pour tes jambes lourdes, tu devrais essayez un antalgique veineux ou un gel fraîcheur intense! Tu verras ça soulage très rapidement

RODRIGUEZ Patrice 26/06/2015 11:07

Quelle belle perf, je suis en totale admiration, je me suis permis de te féliciter hier à la Ramée hier midi. Et je pense que l'on se reverra à l'intégrale de Riquet très prochainement (je serais sur le 60 km).
Je suis bien loin de tes perfs, mon dernier 100 km à Belves, me place en 11H05, et j'espère bien un jour atteindre les fameux 10H.

Lionel 22/05/2015 10:03

Sincèrement toutes mes CHALEUREUSES FELICITATIONS, pour ton 2ème Titre, ta gestion de course, le chrono, pour tout ce que tu fais, tout ce que tu es, tout ce que tu transmets, tout ce que tu représentes... Ton immense investissement dans cette discipline très difficile est remarquable, vraiment heureux que tu réussisses et que tu sois récompensé, BRAVO.
... Je t'avais dit il y a quelques mois que j'envisageais de participer à cette épreuve, mon 1er 100km, et que je te solliciterais pour la photo. J'étais à quelques dizaines de centimètres de toi au Départ, mais j'ai bien vu que tu étais déjà très concentré sur l'objectif. Et ne parlons pas de l'arrivée, où là c'est une douzaine de 1/4 d'heure qui nous séparaient !!! Et oui dévissage en règle sur la deuxième partie, la différence entre une préparation "amateur" et une préparation "Pro à tous les niveaux". Tu récoltes les fruits de ton sérieux et de tout ton travail, c'est génial. Ton Mario peut être fiers de toi...

Eric Legat 22/05/2015 08:13

Sans originalité mais avec beaucoup de sincérité, je ne peux que te féliciter et te dire mon plaisir de te voir ainsi percer, viser haut, et pour la suite t'inviter à le faire davantage encore et collectivement, car vous avez une superbe équipe, de potes ajouterais-je, pour cela.
Bravo donc… et tu me dois un mot d'excuse pour le retard dû à ton récit pendant mon petit déj'
;-)