Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 juin 2015 1 08 /06 /juin /2015 09:41

Voilà, vous commencez peut etre à me connaitre et vous savez donc très bien que je n'allais pas en rester là. Mon France de 100km à Chavagnes a été une course presque parfaite. J'étais content de cette course pour de multiples raisons. Mais le "presque" de presque parfaite ne pouvait pas rester sans analyse et compréhension de ma "défaillance" sur les derniers kilomètres. Alors oui on pourrait se dire: ben mon gars tu as fait 100 bornes c'est peut être normal d'avoir un coup de mou sur la fin ! Mais non, je ne veux pas en rester là. Parce que je suis encore en apprentissage sur la distance et que je recherche la performance. Je veux comprendre et apprendre de ces détails là. Je sais que je dois passer par cela pour aller plus loin.

Avec le recul, par rapport à ma course, j'ai commencé à légèrement baisser en régime à partir du 80 mais surtout j'ai eu un gros coup au 90eme et en hypoglycémie autour du 95eme je pense.

Les ressources énergétiques sont un point clé de la performance sur 100km. Pour ma part j'ai du fonctionner à vide sur 5 ou 6 kilomètres. C'est énorme ! Allez faire 5 kilomètres avec une voiture sans essence. Le corps a des ressources extraordinaires que n'auront jamais les machines.

Donc voilà dans cette quête d'amélioration, je suis rentré en contact avec Jean Joyeux conseiller en micronutrition de mon partenaire Ergysport.

Après une longue discussion sur ce sujet là et d'autres, j'ai compris mon erreur.

Je savais (et j'avais déja testé aux mondiaux de Doha) que je pouvais me passer de gels sur un 100km, la boisson d'effort pouvant suffir.

Comme expliqué auparavant par d'autres spécialistes, le gel est tout d'abord incontrôlable. C'est à dire que pour qu'il soit isotonique (parfaitement assimilable), il faut lui apporter une certaine quantité d'eau. Or cette quantité n'est pas mesurable en course. Faut il prendre une gorgée, deux, trois ? Cela dépend de la température extérieure, de la température de l'eau etc ...

De plus (et là je ne savais pas) les gels contiennent plus ou moins d'eau. Or moins il y a d'eau plus l'organisme aura du mal à les digérer. Ce que j'ai pris en l'occurence ne contiennent que très peu d'eau et beaucoup de glucides. Le cocktail parfait pour bloquer l'assimilation et surtout fermer la vanne d'alimentation en glucides. C'est à dire que plus on va ingérer des glucides, plus l'alimentation des muscles, cerveau et autres ne se fera plus, même si on a encore des réserves internes.

Comme expliqué dans mon résumé de course, j'ai pris un gel vers le 20eme car j'avais une sensation de faim (heure normale de mon petit déj), vers le 40-50eme (heure de ma collation avant entrainement) et un de plus vers le 70-75 car vu qu'il s'était passé ces évènements, je voulais prévenir une éventuelle panne sèche.

Je n'ai pas trop mal réagi à l'ingestion de ces gels mais petit à petit, la vanne s'est fermée, jusqu'à atteindre son maximum au 95eme kilo. C'est comme si je faisais une hypoglycémie. Je ne sais pas si on peut appeler cela ainsi mais le résultat est le même: plus d'essence à donner aux muscles et au reste du corps (bourdonnement dans la tête).

J'ai de suite su que l'heure de départ de ce 100 ne me convenait pas. Je n'aurais probablement pas pris ces gels avec une heure moins matinale. Mais le 100 est ainsi et cela m'arrivera certainement une autre fois d'avoir faim en milieu de course.

Donc pour les prochains entrainements et j'y pensais déja avant cela, je vais tester de manger en courant. Oui oui. Même à 15-15.5km/h. Cela sera des petites portions mais le but va être de prévenir une baisse de régime surtout sur la fin de course. Enfin selon les conseils de Jean, je vais voir de boire ma boisson Effort non pas tous les 5km à raison de 2 ou 3 gorgées mais plutôt de prendre 1 ou 2 gorgées beaucoup plus rapprochées dans le temps. Il va falloir que je teste aussi car cela suppose une certaine logistique: les ravitaillements sur une course typée Monde/Europe ne se font que tous les 5km (pas de suiveur vélo). Il va donc falloir embarqué des mini bidons souples pouvant être gardé dans la main. Là pour le coup, le trail aura apporter sa pierre à l'édifice: cette pratique a révolutionner les produits du running.

 

Ma quete de la course parfaite est en marche.... :)

 

Partager cet article

Repost 0
Published by jeromebellanca - dans Blog
commenter cet article

commentaires

Julien 19/06/2015 15:33

Bonjour Jerome,
Extrement interessant mais je ne comprends pas quelque chose :peu de temps avant ou peu de temps apres ou en meme temps que la prise de ce fameux gel vers le 70-75, tu as bu de l'eau donc permet d'assimiler ce gel ? Ou alors selon toi cette eau doit etre dans le gel ? Dans ce cas il faut privilegier les gels contenant de l'eau ?
Merci

Jerome 23/06/2015 15:59

Salut julien, Euh je ne maitrise pas tout sur ce point là. J'ai essayer d'avoir des études sur ca mais pas trouvé. Je pense que l'eau ingurgitée n'est pas suffisante en quantité et surtout que la dilution du gel dans l'eau dans l'estomac ne se fait pas comme il faut. Essaie de mettre une cuillère de miel dans 1 verre d'eau à température de 37°C. Je pense que le miel va tomber au fond du verre. Bref je tâtonne sur tout cela. Je donnerais mes prochaines expériences : mais un 100 ne revient pas tous les dimanches.... c'est toute la difficulté.

ansard claude 10/06/2015 10:49

tu as raison Jérome ,pour ma part je n'ai jamais pris de gel ,je prenais ( patte d'amende ,pattes de fruit pastille de sel et coca degazéifié ) .je nai jamais eu de coup de barre enfin si comme tout le monde vers le 65éme où le 85éme sinon rien Part contre s'il fait chaud il faut savoir se mouiller pour garder le corp aux environs des 38° bravo pour le titre !!!

Jerome 23/06/2015 16:00

Merci Claude pour ton retour d'expérience. Je note les infos cela va me servir à tester des choses en fonction bien sûr de mon propre corps. Merci encore. A bientôt