Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 janvier 2015 1 12 /01 /janvier /2015 15:39

Tout d'abord je vous resouhaite une bonne année à tous.

 

Alors voilà. Après mon relatif fiasco aux mondiaux de 100km et un peu de repos mental et physique, j’ai voulu repartir doucement en décembre. Malheureusement cela ne s’est pas passé comme voulu. J’avais tout d’abord les muscles bien chargés. Petit à petit cela s’est dérouillé. Mais  ce n’était pas ca. J’avais les quadriceps et les adducteurs complètement tendus. J’ai donc vu mon médecin peu avant Noel. Je lui ai parlé des circonstances de course et de mes observations à l’entrainement juste avant les mondiaux au sujet de la tétanisation de mes quadri. Et voilà ! Encore une fois il a le bon verdict. En fait j’étais surmené. C’était donc l’impression que l’on avait eu avec mon entraineur, à dire, après coup, que j’étais prêt trop tôt. Après le marathon de Toulouse, le reste des séances n’a fait que mettre mon corps en difficulté. Je commence à titiller mes limites et surtout à les connaitre.

Mon médecin m’a donc indiqué que mon corps a bien fonctionné en voulant protéger mes ménisques et du coup a contracté les quadri. Et au final j’avais les genoux bloqués. Tiens tiens !! Mais alors mes douleurs improbables aux mondiaux s’expliquent…. Et oui.... Mon médecin m’a dit que j’aurais du le voir avant. Voilà le genre de précaution que l’on ne prend pas forcement quand on est un sportif de haut niveau mais amateur : question de temps, d’argent, d’encadrement etc … Bref cela me conforte aussi dans mon analyse sur ce 100km et sa prépa. Je vais savoir un peu plus ce que je peux faire et les limites à ne pas franchir. Et je suis rassuré par rapport à mes possibilités chronométriques sur la course en elle-même.

 

Donc pendant ces vacances de Noel, j’ai pu reprendre ? Euh moyennement. Ma compagne n’ayant pas de vacances et voulant aussi passer du temps avec mes enfants, je n’ai pas pu faire grand-chose jusqu’au dimanche 28 Décembre. Sur la semaine suivante, j’ai pu commencer à faire un entrainement correct avec des 30’’-30’’, des 45’’-30’’, des séries de 5’ récup 1’ puis 3’ récup 2’30, un footing en terrain vallonné et une séance de côtes. Mais de plus en plus j’avais du mal … à marcher ! Des douleurs sur ma jambe gauche : un coup l’adducteur, un coup le tenseur du fascia lata, un coup le fessier. Même la nuit en position allongé cela me gênait.

Allez hop ! Lundi 5 janvier, en arrêt et mardi 6 retour chez le médecin. Je sentais que j’avais la jambe comme vrillée. Je pensais à mon bassin : j’ai déjà eu pas mal de décalage auparavant. Après examen, ce n’était pas le bassin mais la hanche qui était bloquée. Sur ce point là on pense fortement que c’est la course en elle-même qui me l’a provoqué. Ce qui est top par contre c’est que malgré les fortes contraintes de cette course, le bassin n’a pas bougé : mon renforcement de l’hiver a payé. J’ai donc du attendre mercredi midi pour refaire 1h de footing et voir que ca allait mieux. Jeudi encore plus et vendredi je n’avais plus rien tout en faisant un peu vitesse sur du court.

 

Ce dimanche, étant invité, je participais malgré tout cela, à mon premier trail : le Trail des Coteaux de Bellevue. Après un bon déluge de pluie le matin même, le temps fut clément. J’avais récupéré des chaussures de trail la veille et fais un footing de 25minutes avec … mais pas dans la boue. Sur route et chemin tassé, elles sont très bien. Le départ se situe à Saint Loup Cammas. Juste avant de partir, une minute de silence bienvenue, pour ce que vous savez. On est tous Charlie.

Le départ est donné et la course part doucement sur la route. Après 1.5km environ nous attaquons les chemins. Deux gars sont déjà partis devant. Moi je reste derrière avec un groupe de 4 ou 5 et je me fais même distancer. A la fin de ce chemin, c’est la boue qui nous attend. Comme un vrai cross d’hiver mais en pire. De suite je reviens sur les gars et je les passe presque tous. Puis ne connaissant pas le parcours, je me fais surprendre par un petit raidillon sur la droite. Je glisse et tombe : ca commence ! Un gars me passe et un autre m’aide. Cool je le remercie. Je ne perds pas trop de terrain et reviens dans une partie goudronnée. Puis on repart dans les chemins pour ne plus les quitter pendant 17km. Le parcours fait 21.1km et il y a environ 2km de bitume au départ et à l’arrivée. Ca glisse. C’est 10 à 15 centimètres de boue qui se trouve sous nos pieds. Une autre montée se profile. Et encore !! Impossible de monter. Je glisse. Puis ca enchaine sur une autre coup sur coup. Je tombe tellement je glisse et on n’est toujours pas ou tout juste au 4eme kilo !! Là ca y est les autres concurrents sont loin. Je suis un peu vert car sans cela je serais au contact. Mais voilà, la suite va être à l’identique. Tous les raidillons, je vais glisser et soit tomber soit m’y reprendre à 3 fois pour les monter. De plus même en terrain plat, mes appuis vont être fuyants. Ces running de trail n’étaient pas adaptés à autant de boue mais sûrement très bien pour un trail d’été car légères. Je voyais bien les autres courir et eux ne glissaient pas comme moi. Vers la fin un coureur qui était avec moi depuis un moment m’a dit que ce n’était pas possible de glisser autant. Dommage. Mon frère va me rattraper et restera avec moi  en étant cramé tout de même. Et justement moi je suis frustré car je n’ai pratiquement jamais été cuit et j’en avais sous le pied. On sort tous les 3 ensembles des bois. A 2 km de l’arrivée, le bitume retrouvé, je pars pour gratter quelques places : sans trop savoir car dans les bois les coureurs du 12km nous rejoignaient donc on ne savait plus qui était sur le 21 ou le 12. Bref en 2 km j’ai du me remettre à du 16-17km/h en montée douce et j’ai doublé une bonne trentaine de personnes. Je pense avoir doublé un coureur du 21. Je finis 9eme à 5’50 du premier. Mon frère 11eme à 1’ de moi. Bref, bel apprentissage du trail. Même sans trop de technique de course propre au trail, étant mieux chaussé, je suis persuadé que j’aurais pu rester au contact des premiers, mais bon (c’est mon coté compétition qui ressort). Le plaisir fût là. L’organisation était au top. La bière à la fin très appréciée. Je remercie les ZinZins des coteaux. Chapeau ! Que de travail pour un beau résultat. C’est une belle course.

Bon ben voilà, à défaut de faire les cross, un semi marathon dans les bois et la boue ca renforce !! Et l’important c’est que je suis bien. Je n’ai plus de blocage et donc d’attaque pour repartir sur de bonnes bases. C’est que l’entrainement spécifique 100 reprend dans 1 mois. J’ai donc 1 mois pour m’affuter un peu après ces fêtes de fin d’années et refaire du travail de PPG et de foulées. Bon début d’année à tous. Bonnes courses. Soyez CHARLIE.

Partager cet article

Repost 0
Published by jeromebellanca - dans Blog
commenter cet article

commentaires